Explosion d'un train au Québec : au moins cinq morts

Par LeMonde -
  • Agrandir la taille de police
  • Réduire la taille de police
  • Imprimer l'article
 
Explosion d'un train au Québec : au moins cinq morts

Cinq personnes sont mortes et au moins quarante autres manquent toujours à l'appel près de 36 heures après la gigantesque explosion de wagons-citernes transportant du pétrole brut qui a dévasté samedi la petite ville de Lac-Mégantic, au Québec, selon un nouveau bilan de la police dimanche.

"Deux autres corps ont été découverts, ce qui porte à cinq le nombre de personnes retrouvées dans les décombres", a déclaré à la presse un porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ, la police provinciale), Michel Brunet. "Il y a au moins 40 personnes qui manquent à l'appel" dans cette ville de 6 000 habitants, située à 250 km à l'est de Montréal, a-t-il ajouté.

DES DIZAINES DE BÂTIMENTS DÉTRUITS

Le porte-parole de la police, Guy Lapointe a déclaré qu'il était encore impossible pour les secours d'établir un bilan précis car la zone affectée par l'explosion est encore trop dangereuse. Des dizaines de bâtiments ont été détruits, dont certains totalement rasés, soit par les explosions, soit par les incendies qui ont suivi, ont dit les pompiers.

Le train comportant 72 wagons et cinq locomotives s'est mis à rouler pour une raison encore inexpliquée, alors qu'il était stationné en dehors de la ville et que son conducteur n'était pas à bord. Emporté par sa vitesse, il a déraillé, et au moins quatre wagons ont explosé dans une gigantesque boule de feu en plein coeur de la petite ville.

Le pétrole en feu s'est répandu dans les égouts et a propagé l'incendie dans plusieurs rues, a précisé le président de la compagnie ferroviaire Montréal, Maine & Atlantique (MMA), Edward Burkhardt. Selon lui, un mécanicien avait garé le train à l'extérieur de la ville plusieurs heures avant le drame. "Il assure avoir enclenché les freins des cinq locomotives. Il affirme aussi avoir enclenché les freins de suffisamment de wagons du train", a dit à Reuters Edward Burkhardt. Le vice-président de MMA, Joseph R. McGonigle, avait auparavant estimé que le chef de train avait "respecté les règles". "Nous ne savons pas encore ce qui s'est passé", avait-il toutefois admis.


... lire la suite de l'article sur Le Monde.fr

Les autres news Sciences

Deux nouveaux décès dus au coronavirus en Arabie saoudite

Deux personnes sont mortes en Arabie saoudite après avoir été contaminées par le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), proche du SRAS, annonce le ministère saoudien de la santé sur son site Internet.

Science décalée : on parle avec les mains à cause des poissons

Certes, les poissons ne parlent pas. Cela ne les empêche pas de communiquer. Et cette aptitude siégerait dans une région du cerveau également connue pour jouer un rôle dans le mouvement des nageoires pectorales, qui, avec l'évolution,...

En vidéo : le plus gros bloom algal jamais vu sur les côtes chinoises

La mer Jaune a tourné au vert ! Cette branche du Pacifique qui sépare la Chine de la Corée du Nord connaît depuis un mois une efflorescence algale sans précédent. Au large des côtes de Qingdao, une ville de...

Doutes sur l'habitabilité des superterres autour des naines rouges

La majorité des étoiles de la Galaxie sont des naines rouges dont la masse est inférieure à celle du Soleil. On estime qu'elles représentent 160 milliards sur les 200 milliards d'étoiles dans la Voie lactée....

Pour le PDG de Total, imputer le départ de Mme Batho à l'action de lobbies est "déplacé"

Le PDG du géant pétrolier français Total, Christophe de Margerie, a estimé samedi 6 juillet qu'imputer le limogeage de Delphine Batho du gouvernement à l'action de lobbies économiques était déplacé, assurant pour sa part avoir...

» Revenir au sommaire
 

A la une de Free

    Dernière minute

      Partenaires